12.7 C
Valence
jeudi 22 février 2024
AccueilInfo locale Il sort du coma aujourd'hui et pense que le COVID-19 est...

[INSOLITE] Il sort du coma aujourd’hui et pense que le COVID-19 est un poisson d’Avril

En ce 1er Avril 2020 et malgré les restrictions actuelles, de nombreuses fausses-nouvelles, plus ou moins drôles, ont fleuri sur la toile. C’est dans ce contexte que Rémi, 31 ans, est sorti de coma tôt ce matin après dix mois de sommeil.

Rémi est passé à deux doigts de la mort au début de l’été dernier lors d’un week-end en camping entre amis. En marge d’une soirée arrosée, Rémi s’est retrouvé tout en haut du toboggan du centre aquatique du camping. D’après ses amis, témoins de la scène, il aurait voulu prouver qu’il pouvait descendre toute la longueur du toboggan en glissant sur les pieds.

Malheureusement, dans la pénombre et indéniablement en état d’ébriété, Rémi n’a pas vu que le toboggan était à cette heure-ci complètement à sec. Le gardien du camping sort à ce moment de son bungalow et assiste également au drame, il raconte :

C’était un groupe de jeunes bien sympathiques, un peu bruyants mais sympathiques. En fait, le bruit résonne énormément sur la falaise en face du camping, vous voyez ? J’allais donc pour la troisième fois leur demander de baisser le ton.
J’enfilais à peine mon brassard « Sécurité » en sortant de mon bungalow que l’un d’eux dévalait déjà la pente du toboggan. De là où j’étais, j’ai juste eu le temps de voir qu’il était nu et que ça allait mal se passer.

Didier, gardien du camping et témoin de l’accident

Évidemment, ce qui devait arriver arriva. Rémi, dans un mouvement digne de Kelly Slater, effectue un superbe take-off mais ses pieds, au contact du plastique du toboggan, restent collés sur place. Il se rompt à cet instant les deux chevilles. Emporté par le poids de son corps, le malheureux fêtard ne contrôle plus rien, dégringole le toboggan et finit sa course sur le bord du pédiluve. Il sera acheminé dans un sale état jusqu’à l’hôpital de Privas tout proche.

Quatorze opérations chirurgicales et dix mois ont été nécessaires pour que Rémi se réveille enfin ce matin dans sa chambre de l’hôpital de Privas avec seulement une petite migraine. Bien sûr, il est déboussolé, il a tout de même manqué tous les faits marquant de ces derniers mois : la mort de Jacques Chirac, le séisme du Teil les incendies en Australie, la réforme des retraites.

Le rescapé rattrape rapidement son retard sur l’information mais se demande pourquoi aucun membre de sa famille ni aucun ami n’est à son chevet ce matin. Diane, infirmière dans le service des comas de longue durée, se voit obligée de lui faire part de la pandémie de COVID-19 qui sévit depuis quelques semaines dans le monde entier.

Je lui ai tout raconté, du début du virus découvert en Chine jusqu’au confinement imposé en France actuellement, je n’ai omis aucun détail. Malgré toutes mes explications, il est resté bouche-bée en me fixant pendant quelques minutes puis s’est mis à éclater de rire à en pleurer. Il ne pouvait plus s’arrêter. J’ai dû lui administrer une bonne dose de sédatif et l’ai fait transférer dans l’aile psychiatrique de l’hôpital.

Diane, infirmière à Privas

A son deuxième réveil, Rémi est persuadé que toute cette histoire racontée par l’infirmière n’est qu’un vaste canular organisé par ses amis. Il repense à toutes les plaisanteries plus ou moins douteuses qu’il a pu leur faire ces dernières années et est certain qu’il s’agit d’une vengeance. Rémi s’enfonce alors confortablement dans son lit et allume la télé en attendant que ses amis rappliquent.

C’est en zappant de BFMTV à CNEWS qu’il réalise enfin l’ampleur de la situation…

Vous pouvez laisser un message d’encouragement à Rémi sur le site de soutien ouvert par ses amis.

Laisser un commentaire

RELATED ARTICLES

POPULAIRE

A (RE)LIRE

Commentaires