Sciences Po, en faillite, accepte un contrat de naming

Le célèbre Institut d’Études Politiques fait face à des difficultés budgétaires depuis plusieurs années. C’est la tourmente financière de cette rentrée qui a contraint la direction d’accepter un contrat de naming quelque peu déconcertant.

L’utilisation du naming est maintenant très répandue dans le domaine sportif en France. Près de la moitié des stades de Ligue 1 Uber Eats (également un naming) sont concernés par cette pratique. Plus généralement, de nombreux établissements ont franchi le pas, alléchés par de juteux contrats.

Park&Suites Arena à Montpellier, AccorHotels Arena à Paris, Kindarena à Rouen ou encore Dorcel Stadium à Nice ne sont que quelques exemples des namings de structures privées en vogue depuis quelques années.

En effet, le renommage de Sciences Po fera date car il s’agit du premier contrat du genre pour une institution publique. Il devrait donc naturellement ouvrir la voie à d’autres opportunités que certains investisseurs scrutent avec attention.

Pour en revenir à l’IEP, l’école, fleuron de l’enseignement politique en France, a discrètement accepté un généreux contrat de 500 millions d’euros, soit 2,5 fois son budget annuel. Tout s’est joué la semaine dernière en coulisses de la rentrée scolaire, pendant que les étudiants et professeurs retrouvaient les bancs de l’école.

C’est la marque Auchan, qui a remporté l’appel d’offre émis cet été. Auchan a su tenir tête à LeBonCoin qui a tenté de négocier le tarif et au groupe Pernod-Ricard écarté pour conflit d’intérêts.

« Sciences Po » sera donc renommée « Sciences P’Auchan » dans les mois à venir et cette nouvelle ne fait pas l’unanimité dans les rangs du corps professoral. De nombreuses voix s’élèvent déjà dans les murs de l’institut.

C’est incompréhensible, cette décision va coûter cher à la réputation et à la crédibilité de cette école. Nous ne sommes pas une vulgaire voiture Cochonou dans la caravane du Tour de France !

Arnaud M., journaliste et professeur à Sciences P’Auchan

Pour la direction, ce choix est inévitable après les remous qui ont secoués l’école en début d’année et pendant cette période de crise sanitaire qui dure. Les finances sont au plus bas. Le bateau coule. Ce plan de sauvetage est vital.

Le contexte actuel ne nous a guère laissé plus de possibilités. C’était cela ou la fermeture pure et simple de Sciences Po !

La réduction des salaires des professeurs aurait provoqué un véritable tollé. Cette piste était pourtant viable au vu des montants mirobolants que perçoivent certains professeurs bien trop surcotés.

Informateur anonyme au sein de la direction de l’IEP
Illustration du re-design de l’entrée principale de Sciences P’Auchan

Le groupe Auchan n’a pas encore communiqué sur ce fameux contrat mais des fuites indiqueraient que les étudiantes et étudiants de l’école pourraient bénéficier d’une remise de 7% de leurs frais d’inscription créditée en bons d’achat sur leur carte de fidélité Auchan.

D’autres gros contrats de naming seraient également en cours de négociation dans le domaine de l’éducation. Plusieurs rumeurs circulent notamment sur les rapprochements suivants :

  • L’ENA deviendrait ENActivia
  • LÉcole Centrale s’associerait à EDF
  • L’École des Mines avec la marque de stylos Bic
  • HEC serait renommée HECétélem

Des grands groupes seraient également en passe de racheter le nom de monuments célèbres pour y apposer leur marque. La tour Eiffel et la cathédrale Notre-Dame de Paris sont en tête de liste. Affaire à suivre.

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*