15.8 C
Valence
vendredi 19 avril 2024
AccueilInfo localeLoriol - Flashé à 224 km/h et en état d'ébriété

Loriol – Flashé à 224 km/h et en état d’ébriété

Quelques jours après l’interpellation d’un conducteur à 214km/h sur l’autoroute A7 à hauteur de Pont de l’Isère, un deuxième chauffard a été épinglé du côté de Loriol-sur-Drôme cette fois.

Initialement repérée par l’hélicoptère de gendarmerie nationale, la voiture filait à vive allure dans le sens Nord-Sud. Les motards de la brigade motorisée de Valence sont alors intervenus afin de stopper le véhicule. Craignant la surenchère des excès de vitesse, de lourds moyens sont rapidement déployés.

La course-poursuite s’est déroulée jusqu’à Montélimar avec de multiples refus d’obtempérer du conducteur. Il a finalement fait mine de ralentir aux abords de la sortie « Montélimar Sud » avant de faire demi-tour sur l’autoroute et de reprendre sa folle course à contre-sens sur la bande d’arrêt d’urgence.

Après quelques kilomètres, le chauffard sort de l’autoroute en défonçant une entrée de service et rejoint une route de campagne. Le bilan s’alourdit alors car il percute successivement un chevreuil, 3 cyclistes, 1 poteau électrique et 2 gendarmes mais continue tout de même son chemin. Le pauvre chevreuil sort indemne de la collision mais en état de choc. Nous n’avons pas de nouvelles des autres victimes.

Cette cavalcade va prendre fin grâce à l’intervention d’un tireur d’élite embarqué sur l’hélicoptère. Équipé d’un fusil hypodermique, le tireur a su loger une fléchette anesthésiante dans le cou du conducteur du premier coup après cinq essais infructueux.

La Twingo verte roulant encore à vive allure a fait une grave sortie de route et effectué plusieurs tonneaux avant de s’immobiliser dans un arbre. Le chauffard, sain et sauf, arrive à s’extraire de l’épave et continue sa fuite à pied dans la forêt. Il se rendra aux gendarmes quelques centaines de mètres plus loin en déclarant : « Elles sont où mes clés ? »

La voiture a été saisie. Une expertise va être effectuée car les performances du véhicule ont été jugées « hors du commun » par les services de police. Le conducteur nie les faits et remet la faute sur son garagiste qu’il accuse d’avoir « trafiquer son moteur ». L’enquête est en cours.

Laisser un commentaire

RELATED ARTICLES

POPULAIRE

A (RE)LIRE

Commentaires