Aubenas – Il se trompe d’ingrédient et fini derrière les barreaux

Cet ardéchois de 26 ans se souviendra longtemps de son erreur. Cette péripétie lui aura couté 1500€ d’amende et 24 heures de garde à vue.

Ce lundi, Théo, 26 ans, voit débarquer chez lui trois agents de la douane qui viennent pour l’interpeler. Il est suspecté d’importation illégale d’animaux exotiques. Abasourdi, il nie les faits mais l’investigation va vite révéler ce qui a amené les enquêteurs à cette interpellation.

Au cours du mois d’Octobre lors d’une sortie bien arrosée entre copains, Théo et ses amis discutent des choses de la vie et notamment des produits aphrodisiaques. Les traditionnels gingembre, huitre et cacao sont bien-évidemment cités mais également un ingrédient insolite qui retient l’attention de Théo.

C’est Maxime qui a sortie cette info qu’il aurait vu dans un reportage. « Les couilles de girafe seraient l’aphrodisiaque naturel le plus puissant qui soit. » Il était bien amoché et articulait mal mais j’ai bien compris qu’il fallait faire une infusion avec cet ingrédient.

Théo, à la sortie du commissariat

A son retour chez lui et fort de cette information, Théo s’empresse de trouver où se procurer une couille de girafe. Il est en couple depuis plusieurs mois mais fait face à de récurrentes pertes de libido qu’il met sur le compte du stress dans son travail. Le malheureux amant, encore sous l’emprise de l’alcool, passe commande sur un obscur site de vente en ligne hébergé au Congo. Montant du panier : 360€ + 55€ de frais de port.

A la réception du colis de 1.8kg, le jeune ardéchois est décontenancé par la taille des testicules du mammifère à long cou. En effet, la taille de cette ingrédient miracle parait incompatible avec les tasses et autres bols de Théo. Il ne s’attendait pas à recevoir une paire complète.

Ce que ce dernier ne sait également pas, c’est que l’importation de couilles de girafe est interdite en France depuis 1961. C’est pour cela que la cyber-brigade des douanes surveille de près les sites de revente de ce genre d’articles. Ils ont rapidement identifié cette transaction et facilement retrouvé la trace de l’acheteur.

La question qui a le plus tourmenté les enquêteurs est : d’où vient cette fameuse recette d’infusion aux couilles de girafe ? C’est lors de l’interrogatoire de Maxime que le mystère est levé.

J’ai jamais parlé de couilles de girafe ! Ok, il m’arrive de mal articuler en fin de soirée, mais quand même ! C’est une infusion de clous de girofle qu’il faut faire ! Théo devait vraiment pas être frais quand on a parlé de ça…

Maxime, ami orthophoniste

De couilles de girafe à clous de girofle il n’y a qu’un pas, et Théo l’a franchi. Effectivement, plusieurs articles sur internet relatent les bienfaits des clous de girofle dans le traitement de la libido. L’histoire ne dit pas si Théo a, depuis, réglé ses problèmes.

Les testicules de girafe (pas de Théo) ont été confiés au musée de l’appareil reproducteur d’Aubenas pour intégrer leur exposition permanente.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*