Le Pouzin – Un jeune retraité empoisonne ses collègues à son pot de départ

Une petite entreprise de plomberie a été le théâtre d’une drôle de tragédie ce vendredi à l’occasion d’un apéritif organisé par le comptable de la société.

Cet été, Dominique, 63 ans, a donné sa démission après 28 années de bons et loyaux services en tant que responsable compatibilité. Comme tout bon collaborateur, il a organisé un pot de départ afin de réunir tous les employés autour d’un gâteau et d’un verre de sangria.

Cette petite réception s’est déroulée ce vendredi en fin d’après-midi dans les locaux de la société. Tout semblait normal mais Dominique a réservé une petite surprise à ses collègues avec qui il ne s’entendait peut-être pas si bien.

Le comptable a en effet confectionné lui-même le gâteau pour les 37 convives mais il y a ajouté un ingrédient dont tout le monde se serait bien passé, un médicament laxatif. Ce ne sont pas moins de 30 comprimés de Dulcolax qui ont été ajoutés à la recette du gâteau aux pommes « gentiment » cuisiné par le jeune retraité.

Une fois tous les salariés réunis dans le modeste réfectoire, Dominique prononce son discours avec émotion et invite les convives à se servir en sangria et en gâteau. Il laisse le soin à Leïla, sa remplaçante, de distribuer les parts.

Encore abasourdie et choquée, Leïla a accepté de témoigner.

Son discours m’a vraiment ému. Dominique semblait également réellement attristé par son départ. On était loin de se douter quelle mauvaise blague il était en train de nous jouer. Et dire qu’il a osé me faire participer à cette comédie…

Il a prétexté « être un peu barbouillé » quand il a refusé la part que je lui tendais.

Leïla, nouvelle responsable comptabilité et victime

C’est après quelques verres de sangria et quelques éclats de rire que les premiers effets du laxatif vont se faire sentir. Les premières victimes s’éclipsent discrètement aux toilettes et la file d’attente va vite grandir. Personne ne fait le lien et chacun maîtrise tant bien que mal son envie pressante. L’ambiance reste détendue.

Les premières tensions apparaissent lorsque le dernier rouleau de PQ est terminé. Le réapprovisionnement de papier toilette n’a malheureusement pas été fait cette semaine. C’est Dominique qui était en charge de cette tâche…

A partir de là, tout s’accélère. Les toilettes sont congestionnés (à l’inverse des convives). Chacun cherche un endroit discret où soulager son système digestif mais l’effet du médicament est fulgurant et la plupart des invités n’ont pas le temps de se cacher. Ils se font littéralement dessus.

La situation est rapidement devenue apocalyptique. L’habituelle bienveillance des collègues a laissé place à la loi de la jungle, une jungle boueuse. Tout le monde est au même niveau dans ces situations, du Directeur au plus jeune des stagiaire.

Leïla, qui a perdu sa paire de chaussure dans la catastrophe.

Nous avons eu accès à des photos et vidéos de l’événement que nous ne diffuseront pas intégralement car elles peuvent heurter les personnes sensibles. On y voit Dominique s’éclipser et verrouiller les portes dès que les premières victimes commencent à s’agiter. Leïla tente de nous décrire la scène :

Le réfectoire s’est transformé en champ de bataille où se mêlaient cris de douleur et odeurs nauséabondes. Le moindre centimètre carré de sol était souillé et la nappe en papier jetable est devenue le bien le plus précieux de ce monde. Loïc, le responsable commercial, a même mordu Isabelle du secrétariat pour lui voler son paquet de mouchoirs. L’instinct de survie a prit le dessus durant les longues minutes en attendant les secours.

Leïla, dont la jupe ne s’est pas remit du drame.

C’est finalement après 25 minutes et l’intervention des pompiers que les employés ont pu être extraits, au bord de l’asphyxie pour la plupart. 3 personnes sont alors envoyées en urgence à Montélimar pour être recousues.

Il va falloir du temps pour se remettre de ce drame. Les relations ne seront plus jamais les mêmes dans l’entreprise. Nous avons vécu quelque-chose d’unique que tout le monde souhaite oublier rapidement mais la tâche sera difficile.

Loïc, un paquet de mouchoirs vide à la main

L’auteur de cet acte malveillant est toujours en fuite. Il circulerait à bord d’un vieux camping-car immatriculé en Ardèche. Ses motivations ne sont pas clairement identifiées pour le moment. Un signalement Interpol a été émis ce matin au niveau européen.

Les victimes sont, quant à elles, toujours sous le choc. Une cellule d’écoute psychologique et digestive a été mise en place ainsi qu’un numéro vert. Les dégâts de cette petite supercherie sont estimés à 545.000 euros. Le réfectoire est condamné pour une durée indéterminée.

49 Comments

  1. les 2 premières photos sont réalistes mais pas la 3ème !!!!
    C’est ce qui s’appelle un départ en fanfare …
    Vraiment dégueulasse ,je ne sais pas ce qu’ils lui avaient fait mais la vengeance à été terrible…

  2. N’importe quoi, juste a voir les photos. C’est clairement pas de la merde mais les suites des inondations…
    et genre le gars c’est pablo escobar, wanted par interpole… PTDR.

  3. Interpol,mon cul, c’est du poulet, et pourquoi pas le FBI. Mais l’histoire est bien marrante. Fake encore et toujours !!!!!! 😳😵🙄🥴🤢🤮

  4. Je connais pas ce gars, mais il paraît qu’il était assez efficace dans son travail et à son départ il laisse les gens dans la merde je pense !! 😀 😀

  5. Bien écrit, une belle montée en puissance dans le loufoque après un démarrage crédible.
    J’ai pensé à la grande bouffe à la lecture de cet article.
    J’adore

  6. Bravo pour cette histoire presque crédible, en cause le style, la fin et la référence indéniable si on connait « stand by me »
    Merci pour ce moment !

  7. C’est un peu flaiblard le scénario. Bizarre que le médicament fasse effet si rapidement.il m’est arrivée dans prendre quelquefois. 1 comprimé pour 1 personne il a mis 2-3 jours pour faire effet. mais ça dépendant des personnes. la plupart du temps il agit en 12 heures. un peu exagéré cette histoire…………

  8. Ca ne tient pas la route. Le titre laisse penser que la personne part à la retraite. Alors que dans le début de l’article, il est question d’un pot de départ à l’occasion d’une démission…
    Complètement débiles aussi ces personnes qui s’improvisent journalistes…

  9. Musique de fond : l’album Remords et tristes pets des VRP.
    Merci pour la légèreté de vos articles.
    Ptg 89 et 87
    La bise
    Annick ou ninick comme vous voulez
    Amitiés

  10. Vrai ou faux peux m’importe, bravo au narrateur, ça fait longtemps que je n’ai pas autant rie👏👏🙏🙏🙏🤣🤣🤣🤣🎊🎊🎊😂😂😂

  11. Entre les photos,
    Les fautes et les incohérences,
    Il est évident que ce n’est qu’une vaste blague…il serait juste apprécié et appréciable que ce soit précisé en fin de pseudo article…
    Sinon histoire drôle mais l’exagération des photos tirées d’une inondation ne viennent que réduire le crédit de cette histoire.
    Marrant et dommage à la fois…Sly.

  12. les trois photos sont fake
    ca vient d’une inondation il faut arrêter de prendre les gens pour des cons à la fin
    l’interpole pour une blague de diarrhée,,???? c juste nul

  13. Si c’est vrai cette histoire et que ce n’est pas un fake.
    C’est carrément tordu de jouer avec des médocs !
    Des risques irréversible sur la santé voie jusqu’au décès .
    Au final passer toute sa retraite derrière les barreaux , à réfléchir à deux fois concernant les blagues .

  14. C’est œil pour œil dent pour dent, ils l’ont fait chier pendant des années et à la fin c’est lui qui les a fait chier.

  15. Histoire très drôle, mais heureusement, un énorme fake, pour ceux qui en doutent encore. Il suffit de lire quelques articles à la « gorafi » pour s’en rendre compte.

  16. Oui c est dommage que se soit 1 FAKE car la personne qui a travaillé la bas…on a du tellement la faire chier qu’ il c est dit je vais leur dire au revoir….comme…y mont traité mes année de boulot..

    Dommage chapeau l artiste 💗

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*